Le Cyber éditorial SADP

Une information propre, dirigée vers vous.

  • Voir tous les billets de…

  • Archives

  • août 2018
    D L M M J V S
    « Déc    
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    262728293031  
  • Publicités

Archive for the ‘Jean-Frédéric Martin’ Category

Une lettre qui se passe de commentaires

Posted by Jean-Frédéric Martin sur jeudi 1 décembre 2011

Jean-Frédéric Martin

par Jean-Frédéric Martin

Marjorie Raymond s’est enlevée la vie lundi dernier, ne pouvant plus subir l’intimidation dont elle était victime à l’école.  Voici l’intégrale de la lettre qu’elle a laissée à sa mère et à ses proches avant de passer à l’acte.  Triste récit d’une jeune fille qu’on a tuée à petit feu.  Il y a des mots qui blessent, des mots qui tuent.  Il y en a d’autres qui font mal.  Très mal.

Chère maman! Je suis énormément désolée de ce que j’ai fait et sache que c’est loin d’être ta faute.

Au contraire, je te ferai du mal sans le vouloir. Tu es la meilleure maman au monde. C’est juste que la vie, je n’en peux plus. Montre cette lettre aux gens qui vont te blâmer! AVIS À TOUS : Chantal Larose est une personne exceptionnelle et une mère formidable!

Je ne t’aurais échangée pour rien a……u monde!

Maman, je vais veiller sur toi. À chaque seconde qui va passer, je vais être près de toi pour te soutenir. En d’autres mots, je vais être ton ange gardien pour toujours. Je t’adoreeeeeeeeeeee.

Je ne veux pas que tu aies de la peine. Je crois que ma place est en haut.

Je ne méritais pas d’être entourée par des trésors comme toi. Je m’en veux tellement de t’avoir donné la vie dure…

Je dis fuck le proverbe qui dit « loin des yeux, loin du coeur! » Tu ne me verras plus, mais je serai là à chaque instant. Excuse-moi, maman, vous allez tous me manquer! Dis-toi que j’ai eu du mal à quitter ce monde, car je ne peux pas m’imaginer de ne pas vous côtoyer, toi, Greg et Destou. Mais, au moins, je pars pour un monde meilleur.

Ne fais surtout pas de connerie. Continue de nous aimer, nous, tes trois enfants, de prendre soin d’eux et surtout de toi.

Tu mérites tout l’or du monde. Au plaisir de te revoir en haut. Je vais t’attendre avec papi Yves à mes côtés et sache que lorsque tu te sentiras observée ou touchée, c’est moi qui te sers dans mes bras de toutes mes forces.

Je t’aime à l’infini. Aucun mot ne peut te décrire.

Greg, mon cher frère, occupe-toi de maman comme une prune. Ça va me manquer de m’obstiner. Je t’adore même si toi ça laisse à désirer.

Prends soin de toi! Et aide notre précieuse maman.

Destiny, mon petit chaton, tu ne comprendras pas ce qui s’est passé. Et je ne veux pas non plus. Continue de bien grandir, tu es mon petit amour! Je vais suivre ton parcours, parce que je ne veux pas que tu prennes les mêmes chemins que moi!

Maintenant je suis avec ton papa! Je t’aime.

Papa, je ne sais pas quoi te dire à part que tu es quelqu’un de bien et même si on ne se voyait pas souvent, tu comptais beaucoup à mes yeux.

Vous êtes tous dans mon coeur! Et je vais le répéter! Ce n’est pas la faute à ma superbe de maman!

C’est la faute de la vie et des gens jaloux, qui veulent seulement gâcher le bonheur des autres.

J’espère que vous allez me pardonner.

Je vous AIME et je vais veiller sur chacun de vous.

Marjorie Raymond

Marjorie Raymond (Photo : Facebook)

Je souhaite beaucoup de courage à ceux qui lui survivent.

Publicités

Posted in Éducation, Jean-Frédéric Martin, Société, Tous les éditoriaux | 1 Comment »

Mimeau… Un an plus tard

Posted by Jean-Frédéric Martin sur mardi 11 janvier 2011

Jean-Frédéric Martin
Un billet de
Jean-Frédéric Martin

Il y aura un an mercredi, la vie de millions d’Haïtiens basculait en quelques secondes.  Le tremblement de terre du 12 janvier 2010 a fait plus de 222 500 morts.  Le bilan s’est par la suite alourdi de quelques autres milliers de décès durant l’année qui a suivi le séisme, en raison de ses suites, notamment l’épidémie de choléra qui sévit dans la capitale depuis l’automne dernier.

Beaucoup de Québécois ont été directement touchés par cette tragédie.  Cédric, un de mes élèves de l’an dernier qui est d’origine haïtienne, a perdu plusieurs membres de sa famille.  Une de mes connaissances, l’ex-politicien Serge Marcil, y a laissé sa vie quelques heures à peine après être débarqué à Port-au-Prince.  Et puis il y a mon ami Mimeau.

Comme je vous l’expliquais l’an dernier, Richard Mimeau a survécu au tremblement de terre grâce au sang froid de son accompagnateur, qui lui a perdu toute sa famille.  Après avoir passé une nuit blanche à soigner des blessés, Mimeau a été placé dans le premier avion en partance pour Montréal.

Je connais Mimeau depuis plus de 20 ans.  Je n’ai pas eu la chance de le voir autrement qu’à la télévision suite au séisme, mais nous avons échangé quelques courriels.  Il m’a entre autres fait parvenir une lettre empreinte d’émotions la semaine dernière, une lettre adressée aux médias qui accepteront bien de la publier.  Le drame haïtien a-t-il changé Mimeau ?  Oui, définitivement, la lecture de la lettre me le confirme.  Le fonceur que j’ai connu ne regardait auparavant que dans une seule direction, c’est-à-dire droit devant lui.  Il est maintenant clair que Mimeau prend le temps d’admirer les beautés qui l’entourent, lui qui est devenu papa pour la deuxième fois au cours des dernières semaines.  « Une décision prise avant mon départ pour Haïti », insiste-t-il.

Cette lettre est une ode à la vie.  Je vous l’offre en vous suggérant de la lire jusqu’à la dernière ligne.

Mimeau, mon ami, merci.

 

Montréal le 28 décembre 2010,

Hôpital Sainte-Mary

Haïti 2010. Plus de 222 500 morts. L’une des pires catastrophes de notre histoire.

Il y a déjà presque un an le 12 janvier dernier j’y étais! Oui j’y étais vraiment et moi le chanceux, je suis vivant!

La vie s’impose

Depuis hier soir, 27 décembre 23h30, je suis de nouveau papa! Imaginez avoir un enfant après être passé si prêt de la mort mais surtout de l’avoir vue, côtoyée, combattue et même sentie! Vous savez quoi? La mort ça sent quelque chose!

Hier, Janine ma conjointe a donné naissance à Jade, une belle petite fille. La décision d’avoir un enfant avec Janine a une saveur spéciale puisque je l’ai prise avant de quitter Montréal pour Haïti et non pas au retour de ce drame. Ma décision n’a donc pas été guidé par des émotions trop vives ou encore par un choc post-traumatique. Et j’en suis fier. Donner la vie est une énorme responsabilité.

À l’hôpital Ste-Mary, c’est une infirmière d’origine haïtienne prénommée Woodeline, (que je salue en passant) qui a aidé Janine à accoucher. Coïncidence, sa fille se prénomme Jade. Le même prénom que nous avons choisi pour notre fille. C’est quand même incroyable la vie!

Bien sûr, elle voulait que je lui raconte brièvement mon périple lors du tremblement de terre en Haïti. Elle m’a ensuite remercié pour mon récit et a tenu à assister ma compagne jusqu’à la fin de son quart de travail à 23h30. L’infirmière Woodeline était persuadée que Jade allait naître sous ses bons soins. Woodeline a gagné son pari, Janine a accouché à 23h30!

À vrai dire, je n’ai jamais raconté officiellement mon histoire en détails sauf par petits bouts à des proches. Un an plus tard, je suis bien dans ma peau : pas de cauchemar ni de flash back! Suite à cette catastrophe, pas de découverte mystique ou ésotérique à propos du sens de mon existence. Je suis quelqu’un qui apprécie la vie et je la remercie chaque jour de me procurer tant de bonheur. Je savoure quotidiennement le privilège que j’ai de voir ou de marcher, entre autres. On oublie trop souvent à quel point les petites choses prises pour acquises sont si importantes! Une brise de vent d’automne sur la joue, une accolade, l’odeur d’un bon vin, un morceau de pain, avoir de bons amis et jouer un bon match de ballon sur glace.

Nous y étions…

Je travaille en politique. Le 12 janvier 2010, j’étais à Haïti pour donner une formation sur le fonctionnement de notre démocratie et sur le mode de scrutin. Mon ami Serge Marcil, ancien député libéral provincial, ministre de l’emploi et ancien directeur général de la Fondation Paul-Gérin Lajoie, y était. Serge est décédé sous les ruines de l’Hôtel Montana. Serge Marcil était un citoyen et un homme politique exemplaire reconnu pour son engagement important sur le plan humanitaire.

Serge et moi devions nous rencontrer pour le souper. Notre dernière communication remontait à 16h53 le 12 janvier. Nous nous étions donnés rendez-vous dans un resto…

Et puis, tout a basculé…

Depuis mon retour d’Haïti, je suis moins tolérant avec ceux qui s’apitoient sur leur sort, les mécontents sans solutions. J’ai pris conscience de ce problème et j’essaie d’être plus à l’écoute, de les comprendre ou de les aider à trouver des moyens pour améliorer leur sort en essayant de ne pas les juger. Ils n’ont pas vécu ce que j’ai vécu!

Quand ça fonctionne plus ou moins, eh bien, j’imagine la personne à ma place en ce 12 janvier.

Dans la main gauche, la jambe d’un petit garçon Haïtien de 7 ans, dans ma main droite son pied qui tient seulement par le tendon. Je vois seulement une larme couler de son œil gauche. Petit homme courageux, il me regarde droit dans les yeux. Sa pauvre maman à genoux lui tient la tête et implore Jésus en criant! Son père est debout derrière moi tellement stressé qu’il est entrain de me disloquer l’épaule. Il me supplie de sauver son fils. Il est convaincu que je suis le meilleur médecin de la planète. Tout va très vite! D’autres blessés attendent et d’autres arrivent! Je calme le père, je console la mère et je soigne du mieux que je peux ce petit garçon. Comment? C’est une toute autre histoire! Cette action a duré six minutes et nous avons soigné sans relâche des blessés pendant douze heures durant!

Ce sont dans ces moments qu’on voit qui peut réagir sous pression, garder son sang froid et prendre les bonnes décisions malgré le stress énorme qui vous envahit. Ce fameux 12 janvier, j’ai vu des gens perçus comme étant très forts craquer sous la pression.

Je pense souvent aux Haïtiens que j’ai tentés de sauver avec les moyens du bord et avec toute ma débrouillardise. Aux cris incessants et lancinants de détresse des Haïtiens en toile de fond sonore. Du bruit de leurs pioches essayant de déterrer des survivants durant cette nuit d’enfer! Aux Haïtiens qui ont vu mourir des membres de leurs familles, des amis et qui malheureusement en perdent encore aujourd’hui un an plus tard! Aux deux jeunes filles qui sont mortes dans mes bras. Aux décisions que j’ai prises à savoir qui soigner en premier et surtout à la décision de quitter l’hôpital de fortune que nous avions monté pour me rendre à l’ambassade le matin du 13 janvier. En quittant, je laissais derrière moi ces deux ou trois cents personnes qu’on avait tenté de sauver et qu’on devait abandonner sur place ignorant ce l’avenir leur réservait.

Voilà! Je le réitère, j’ai confiance en la vie et je suis persuadé que ce peuple Haïtien courageux et déterminé saura surmonter ce drame. Avec notre aide, sans que nous essayons de leur imposer quoi que soit! Oui j’y crois!

Je ne remercierai jamais assez la VIE. Elle est vraiment bien bonne avec moi. Moi, qui suis revenu sain et sauf de ce désastre.

Le 12 janvier prochain, je penserai très fort à Christiane Pelchat ma grande sœur qui a perdu Serge Marcil, l’amour de sa vie. À Serge un ami, un humain dans sa vraie définition! Aux enfants et petits enfants de Serge. Aux autres canadiens décédés lors de cette tragédie. À Chantale Guy et Ivanohé Demers du journal La Presse, premiers journalistes sur place à donner les informations sur ce drame. Ils ont su faire leur travail avec courage et dignité malgré les circonstances difficiles. À Gérard Latulipe, un homme de compassion et en même temps un être inébranlable. Cette nuit dramatique que nous avons passée ensemble a permis de tisser des liens pour la vie. À Marc Perreault, que je devais rencontrer avec Serge Marcil ce fameux 12 janvier et que je n’ai jamais rencontré! À Bazil mon accompagnateur qui a perdu toute sa famille pendant ces 12 secondes et qui a probablement sauvé ma vie pendant ces mêmes 12 secondes. À l’équipe du National Democratic Institute qui continuera d’aider les pays en difficulté. Aux américains : docteur Henry, Jeb un para-médic, Steve un ambulancier ainsi qu’à la propriétaire de l’Hôtel de la Villa Créole qui ont tous eu un courage formidable et avec qui j’ai combattu la mort! À ceux qui sont restés figés impuissants et incapables d’aider dans cette hécatombe. À tout les gens qui travail sans relâche pour aider Haïti. À mes parents, mon fils, Christine, la famille, amis, les élus et l’équipe d’Union Montréal qui m’ont supporté. Finalement merci à Janine, amour de ma vie.

Dans le désastre d’Haïti, l’ambassade canadienne a réagi avec diligence, ordre et respect pour rapatrier ceux et celles qui ont choisi de rentrer au Canada.

Nous avons la chance de vivre dans un superbe pays, une belle province. Cette dernière année a été difficile politiquement! Je crois que notre système en est un bon! En seulement 200 ans d’histoire, nous sommes un modèle pour tellement de pays sur cette planète. Je veux contribuer à préserver ce modèle, l’aider à s’améliorer, à corriger ses défauts et à me battre pour lui malgré ceux qui n’y croient plus ou qui le dénigrent!

Je n’oublierai jamais ce qui s’est passé à Haïti le 12 janvier 2010. J’évoquerai désormais tout ce qui concerne ou provient de ce pays avec un pincement au cœur et une complicité issus d’un sentiment d’appartenance très fort, d’une solidarité née de l’horreur d’une énorme tragédie humaine.

Richard Mimeau

Directeur général Union Montréal

 

Posted in Jean-Frédéric Martin, Société, Tous les éditoriaux | Leave a Comment »

Bonne Année 2011 !

Posted by Jean-Frédéric Martin sur mercredi 5 janvier 2011

Jean-Frédéric Martin

Un billet de
Jean-Frédéric Martin

À tous les lecteurs du Cyber journal Sainte-Anne-des-Plaines, je voudrais d’abord offrir mes vœux de Bonheur, Santé et Prospérité pour l’année qui débute.  Puissiez-vous également vous réserver tout le temps nécessaire pour bien en profiter.

L’année 2010 aura été une année de transition pour votre Cyber journal.  Si le corps du Moteur de l’information propre à Sainte-Anne-des-Plaines a évolué et s’est modifié à quelques reprises au cours de nos trois premières années d’existence, c’est cette fois son âme qui a subi d’importants changements.

Il faut d’abord savoir que mon complice de la première heure dans cette aventure, l’ex-rédacteur en chef et cofondateur Pierre Guzzo, m’a annoncé en juin qu’il quittait le Cyber journal afin de consacrer son temps à d’autres projets.  Du même coup, son épouse Dominique Beaudoin, qui était notre reporter attitrée aux nouvelles municipales, ainsi que leur fils Timothée Beaudoin-Guzzo, notre photographe principal, l’ont suivi hors du navire.

Pierre, Dominique, Timothée, je profite de ce billet pour vous remercier du fond du cœur pour tout ce temps et ces ressources investis avec l’équipe du Cyber journal Sainte-Anne-des-Plaines.  Les gens ne réalisent pas toujours que nous faisons ce travail bénévolement, avec comme seule récompense la satisfaction liée à notre succès.  Et quel succès !  C’est beaucoup grâce à vous si notre lectorat demeure en constante progression et que notre site, selon les statistiques de WordPress et XiTi, reçoit aujourd’hui une moyenne avoisinant les 3000 visiteurs par mois.   À ce niveau, il ne faut pas non plus passer sous silence l’excellent travail, tout aussi bénévole, du reste de l’équipe : Monique, Pierre, Linda, Jean-Guy, Raoul et les autres, merci beaucoup.

Nous avons donc dû procéder à une restructuration et une réorganisation de nos effectifs.  Deux intéressantes nouveautés en ont résulté, soit le suivi en temps réel de l’assemblée municipale mensuelle, ainsi que la création de l’édition webzine du Cyber journal Sainte-Anne-des-Plaines.

L’assemblée municipale en temps réel
Depuis juillet, le Cyber journal vous offre en direct la couverture des assemblées mensuelles du Conseil de Ville.  Dès la fin de l’après-midi, le jour de l’assemblée, il est possible de voir l’ordre du jour et de télécharger le cahier des résolutions à partir de notre page dédiée.  Dès la présentation de la personnalité du mois, juste avant l’ouverture de l’assemblée, cette page est mise à jour aux 5 minutes, vous offrant ainsi un compte rendu en temps réel de la réunion.

Dans les heures qui suivent, nous vous offrons également un complément d’information sur notre page consacrée aux faits saillants de l’assemblée.

Cette façon de faire aura rapidement conquis des adeptes.  Selon les statistiques de WordPress, une pointe de 69 personnes a été atteinte durant le déroulement de l’assemblée d’octobre.  C’est plus de gens qu’il n’y en avait dans la Salle du Conseil !

Le Cyber journal SADP, édition webzine
Ce projet se trouvait dans la boîte à idées de médiaTIC infodiffusion depuis un bon moment déjà.  Il a finalement vu le jour le 22 décembre dernier.  Un premier magazine entièrement consacré à Sainte-Anne-des-Plaines.

Il sera publié en ligne, quatre fois par année.  Il comprendra des reportages d’intérêt général pour les lecteurs anneplainois.  On y trouvera aussi des sujets traités un peu plus en profondeur, après une diffusion sommaire dans l’édition régulière du Cyber journal.

Le premier numéro, un cahier de 40 pages, offrait notamment une revue de l’année anneplainoise 2010.  Il peut être feuilleté ou téléchargé à partir de ce lien.

*******

Au Cyber journal Sainte-Anne-des-Plaines, nous sommes d’avis qu’il faut constamment apporter un vent de fraîcheur à l’entreprise, un petit renouveau intéressant pour nos lecteurs.  C’est ce que nous avons fait à plusieurs reprises, depuis nos débuts.  Parions que l’année 2011, durant laquelle nous célébrerons notre 5e anniversaire d’existence, poursuivra la même tendance.

Merci de suivre avec nous l’actualité anneplainoise.  À tous, encore une fois, Bonne Année… avec nous !

Posted in Jean-Frédéric Martin, Tous les éditoriaux | Leave a Comment »